Partager son domicile, en quoi cela consiste ?

Vous envisagez de partager votre lieu de vie, des habitudes,
une certaine proximité, une différence d’âge.
Nous vous accompagnons dans le partage de votre habitat
du début jusqu’à la fin.
Hébergeurs.jpg

Etre hébergeur-se

Les conditions requises

Avoir une chambre au minimum à proposer en partageant la salle de bain et la cuisine.

Avoir envie de partager et rencontrer des personnes qui correspondent à vos attentes.

Avoir établit un contact avec Solidarité Habitats afin de vérifier si votre offre d’hébergement

est en adéquation avec notre éthique.

Pouvoir justifier que votre habitation est bien assurée.

Les étapes pas à pas

 Établir son projet avec Solidarité Habitats

soit en nous contactant au 04.75.55.34.42 ou 06.31.74.48.88 soit par mail contact@solhab.eu

Organiser une rencontre à domicile afin de préciser le projet :

une visite de l’hébergement et une entente sur vos attentes.

Solidarité Habitats reprendra contact avec vous pour la mise en place d’une cohabitation.

Les témoignages de nos hébergeurs-ses

Bonjour,

Depuis le décès de mon mari  il y a 18 mois, je me laissais aller à la solitude. C’est  un gouffre qui vous attire.

C’est tellement plus facile de ne pas faire d’effort !

Une amie, dans le même cas que moi, mais depuis plus longtemps, connaissait cette association. Elle avait reçu plusieurs jeunes avec beaucoup de satisfaction.

Après un certain temps, cette idée a fait son chemin,

et moi aussi, j’ai tenté (sans risque).

Nous avons en effet 1 mois de réflexion avant de nous engager

J’ai pris contact avec Monica, la responsable qui m’a présenté une jeune femme charmante : Amélie.

Amélie travaille à Crest, elle vient 3 soirs par semaine à la maison. Nous mangeons ensemble, elle me raconte ce qu’elle a fait dans sa journée, elle a un travail qui l’intéresse beaucoup.

Ces soirées sont très importantes pour moi,

et je les attends avec impatience, j’ai l’impression d’une bouée de sauvetage que Amélie me tend !

Nous avons signé un contrat jusqu’à la fin de l’année  Après nous verrons !

Marie-Jeanne